31/08/2008

 

 

avion

Immobile, n'allant plus nulle part sans elle, je distinguais,
comme un tag sur le tableau de bord du ciel,
un éphémère trait à la craie
dans la fumée triste d'un oeil bleu 

IMG_9491b

Comme elle ne marchait pas,
les lignes de ses pieds au repos
dansaient parmi des papillons, traçaient des gravures,
écrivaient d'étonnants semis d'ailes



12:29 Écrit par Pascal Nivaille dans La quête | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

28/08/2008

"l'art scène"

 

 Il pleut des cordes

DSCF0038

 

fred pour manu

 

IMG_4694

 

 Rue de Laloy

DSCF0021

 

IMG_6948

 

 DSC_0048

 

IMG_6949

 

IMG_6926

 

 

11:12 Écrit par Pascal Nivaille dans Scènes de scènes | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

27/08/2008

Des racines vers le ciel

 

 Des racines vers le ciel

IMG_4272

 Canopées d'épis, de fléaux, de duvets
Densité d'ondes dansées, chevaux, écheveaux, échos végétaux
Oiseaux et soies, plumules et toiles, peluches et cernes bleus
Lent semis d'indices féminins

blés-coquelicots 10 juin 2008 (33)

 Derrière la clôture, tout ce rouge chantait
les perles de ton sang, l'alcool alerte du désir,
l'empreinte de tes lèvres fardées
à la coupe du grand toast d'été

DSC_0013

Je suis l'homme sans parapluie
de jour en heure je nais de la dernière pluie
de la dernière goutte, la dernière feuille vernie, la dernière chenille
du dernier brin qui fait pont entre vie et vide

DSC_0004

A l'impossible
le fil
est
ténu

 

 

DSC_0017

  Après la leçon d'équilibre,
avant de reprendre ma place dans l'univers,
je jugeai important de replacer
le cheveu qui glissait devant mon oeil


 

22:50 Écrit par Pascal Nivaille dans Le rêve végétal | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

24/08/2008

Lumières crues

Lumières crues 

 essai

 L'arbre
sur le dernier oeil de la nuit naissante
levait lentement
une grande paupière de lumière

IMG_4140  

 Ayant renoncé à l'or et à l'ange
je voyais naître aux pommeaux renversés des fleurs
l'encre apaisée
d'une âme orange

Pierre Lhoas et vues d'hiver (19)

 Fermé et cru
un coup de poing de soleil
frappait ras
la gorge blanche de l'aube

DSC_0007c

 Seize ans. Je m'étais perdu là.
Après le franchissement du dernier cordon de la route,
il n'y eut plus que les épaules de ma fugue
qui tremblaient de froid.

IMG_7125

Les lieux s'étaient alors superposés.
Vrais fantômes réalités solubles,
et je rêvais de me confondre
à l'ouate mouillée du lointain 

 

 

meuse septembre 2006 (15)

 Ensuite, après la nuit de vin et de fête, ce fut beau
comme, dans l'huile d'un rêve de femme,
le lent retour d'un Ulysse
qui aurait vendu tout son charbon

IMG_8830

L'instant avait lieu
d'une image fondant le monde entier
pour asseoir devant moi
la seconde d'un chandelier universel 


DSC_0031

Il y avait la lutte acharnée de la lumière,
la brutale avancée de son plexus à travers les limbes,
et, dans les prés, plus bas,
le dernier élan des légendes vers la dissipation

Normandie 2006 (53)

 Je sus que le ciel
- mais c'était peut-être cet appel à lever les yeux -
prenait dans ces obstacles qui nous défendaient l'un de l'autre
son exacte mesure d'imprenable château à conquérir

Normandie 2006 (22)

 Elle dansait, délayée et présente, fugitive et inscrite
parce qu'elle distribuait son autonomie,
parce qu'elle cueillait comme une récolte volontaire
les fruits accidentels de l'instant

IMG_7039


La mer, si je n'y prends garde, me ramène souvent au souvenir d'une femme en allée,
à l'illusion véritable d'un destin juché sur son désordre,
à la détresse immédiate d'une main qui se déprend d'une main
pour écrire sur une autre ardoise mouillée le mot maintenant

DSC_0108

 

Parfois, ça s'ouvre comme un livre.
Là-bas, le socle des choses est enfermé dans la nuit.
A mi-hauteur, le secret court parmi les arbres.
Là-haut, il s'absente dans l'art muet de la lumière.


DSC_0020c

 J'avais pour moi la lumière et le froid,
la morsure de la honte, un pansement de sang rosi
et je portais sur mon dos
l'épouvantail mort d'un oiseau empaillé.

DSC_0185

 

Au fond du paradis, Asie Payton, bluesman farmer,
mélange au shuffle de son vieux tracteur
des clapotis d'eau et de lumière
et le mugissement lourd de la terre qui appelle.

 

Flammes de rêves 

 

IMG_8105

  Flamenco, la femme
évite et rejoint
le fuseau de nuit
qui lui sert d'écrin

IMG_8088

Flamenco, la femme
hypnotise le masque,
la feuille de feu
qu'elle hisse à son arbre

IMG_8072

 Flamenco, la femme
jette dans la lave
son poudrin d'étincelles,
sa salive de louve

IMG_8135

 Flamenco, la femme
se chauffe au bûcher
d'un toro éclairé
par le coeur de ses cornes

IMG_4710

 En ce temps-là, la nuit,
pour qu'on sût qu'il partait,
il tournait devant lui
un haut moulin de foudre.

DSCF0072

Je suis un peu
dans mon fils
mon père éteint
comme un vieux poulain de Troie









 

 

 

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

23:14 Écrit par Pascal Nivaille dans Illuminations | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |